PET SHOP BOYS IN PARIS
 
SINGLES

Go west (1993)

GO WEST 1993 7"/12"/MCD/K7 UK chart #2
1.Go West (Album Version) [5:03] 2.Go West (Radio Version) [4:21] 3.Go West (Original Mark Stent Mix) [4:18] 4.Go West (Mark Stent Full Length Extended Dance Mix) [9:09] 5.Go West (Extended Dance Mix) [7:03] 6.Go West (Ming's Gone West First And Second Movement) [10:13] 7.Go West (Ming's Gone West First And Second Movement Mix) [4:39] 8.Go West (Ming's Gone West First And Second Movement Edit) [4:22] 9.Go West (Ming's Gone West Second Movement) [5:02] 10.Go West (Farley & Heller Disco Mix) [6:01] 11.Go West (Farley And Heller Fire Island Mix) [7:43] 12.Go West (Kevin Saunderson Tribe Mix) [6:52] 13.Go West (Kevin Saunderson Trance Mix) [6:54] 14.Go West (Sunny Beach Vocal - Cold Ending) [6:00] 15.Go West (Sunny Beach Vocal - Percussion Ending) [6:47] 16.Go West (West End Dub) [7:58] 17.Go West (California Dreamin' Dub) [6:40]
1.Shameless [5:03]
Ce fut l’idée de Chris de reprendre « Go West », grand classique des Village People, datant de 1979. Neil fut d’abord contre, mais très vite se fit à l’idée de son comparse et admit plus tard que, comme à son habitude, Chris avait vu juste. Avec l’aide d’une authentique chorale de Broadway, exclusivement masculine, décrite par leur arrangeur Richard Niles comme étant « très virile et très gay », les Boys réussirent à transformer ce qui fut l’hymne de la célébration du « rêve homo américain », de la Californie ensoleillée, fraternelle et libérée sexuellement, en un chant funèbre, terriblement disco certes, mais sur lequel l’ombre du Sida plane encore et toujours. Neil a dit qu’avec « Go West », ils avaient essayé de faire ressortir « le côté élégiaque (nostalgique) d’une utopie qui n’avait pu être réalisée ».
La vidéo fit prendre à la chanson une toute autre tournure, faisant des paroles un commentaire ironique sur la défaite du communisme soviétique et la modernisation de la Russie. Neil et Chris créèrent ainsi une nouvelle lecture qui n’existait pas dans la chanson originale. Coïncidence ? Il fut signalé que la musique ressemblait étrangement à l’ancien hymne de l’Union Soviétique ! Les Pet Shop Boys remarquèrent très vite aussi la similitude du morceau avec le Canon de Johann Pachelbel et décidèrent de l’accentuer dans leur intro. Ils ajoutèrent aussi un pont supplémentaire (« là, où est l’air est libre ») dont Neil écrivit les paroles et Chris une musique additionnelle, et Neil finit par modifier également les paroles originales. Tout ceci étant dit, le résultat fut un énorme hit en Angleterre et dans le reste du monde, mais aux Etats-Unis, pays d’origine de la chanson, on ne pouvait l’entendre... en dehors du milieu gay.

Liberation (1994)

LIBERATION 1994 12"/MCD/K7 UK chart #14
1.Liberation [4:06] 2.Liberation (E Smoove 7" Edit) [3:50] 3.Liberation (E Smoove Mix) [12:26] 4.Liberation (Murk Dirty Club Mix) [2:43] 5.Liberation (Murk Deepstrumental Mix) [4:30] 6.Liberation (Oscar G's Dopeassdub Mix) [4:30]
1.Young Offender (Jam & Spoon Trip-O-Matic Fairy Tale Mix) [7:21] 2.Young Offender (Jam & Spoon Remix No. 2) [9:17]
1.Decadence [3:55] 2.Decadence (Unplugged Mix) [3:20]
« Liberation » se trouve être de la même veine que le précédent titre au niveau du thème (la découverte d’un nouvel amour). Neil y adopte le rôle d’un ex cynique qui soudainement découvre la joie de l’amour, après l’avoir manqué durant une vie entière. Alors qu’il avait toujours craint que tomber amoureux fût contraignant, il finit par trouver qu’au contraire, cet amour lui donne un sentiment de liberté qu’il n’a jamais ressenti auparavant. En bref, « l’amoureux qui a sa tête sur son épaule », loin de l’envahir, l’a libéré.
Le quatrième single de Very se réfère à la « libération » que l’amour procure à un niveau individuel, mais également à la « libération homosexuelle », qui est un véritable acte révolutionnaire et social.
Dans une interview de 1996 avec Andrey Sullivan, Neil a affirmé que la chanson était basée sur une relation qu’il avait eu pendant qu’il l’écrivit : le couplet sur la personne s’endormant sur son épaule, durant un long voyage de nuit en voiture, est véridique.

Yesterday, when I was mad (1994) tion

YESTERDAY, WHEN I WAS MAD 1994 7"/12"/MCD/K7 UK chart #13
1.Yesterday When I Was Mad (Album Version) [3:55] 2.Yesterday When I Was Mad (Single Version) [3:59] 3.Yesterday When I Was Mad (Jam & Spoon Mix) [9:20] 4.Yesterday When I Was Mad (Coconut 1 Mix) [4:05] 5.Yesterday When I Was Mad (Coconut 1 12" Mix) [6:22] 6.Yesterday When I Was Mad (Junior Vasquez Fabulous Dub) [9:17] 7.Yesterday When I Was Mad (Junior Vasquez Factory Dub) [8:19] 8.Yesterday When I Was Mad (Junior Vasquez Body Dub) [3:58] 9.Yesterday When I Was Mad (RAF Zone Mix) [6:39] 10.Yesterday When I Was Mad (RAF Zone Dub) [5:37]
1. Euroboy [4:28] 2.Some Speculation [6:33]
Pendant et après la tournée « Performance », Neil et Chris furent parfois plus que blessés par les réactions des critiques concernant l’élaboration scénique de leur show, les commentaires acerbes venant parfois même d’amis très personnels. Les paroles de « Yesterday, when I was mad » sont un catalogue virtuel de ces sarcasmes, allant de louanges hypocrites et compliments équivoques («Tu as un timbre de voix particulier qui est vraiment unique»), à la cruauté la plus directe («... personne n’a rien compris», «... ta voix est faiblarde»). On peut seulement espérer qu’ils aient réussit à expulser toute leur rage grâce à cette riposte en chanson.
Au niveau du style musical, beaucoup y ont vu l’influence du groupe anglais Carter The Unstoppable Sex Machine. Les Boys eux-mêmes ont avoué qu’ils s’étaient essayés au « rock progressif » pour ce morceau et que ce fut une « révélation surprenante». La version single fut remixée par les Boys, Julian Mendelsohn et Jam&Spoon.

Absolutely Fabulous (1994)

ABSOLUTELY FABULOUS 1994 12"/MCD/K7 UK chart #6 Comic relief official record
1.Absolutely Fabulous (Single Mix) [3:42] 2.Absolutely Fabulous (Our Tribe Tongue In Cheek Mix) [7:10] 3.Absolutely Fabulous (Dull Soulless Dance Music Mix) [8:10] 4.Absolutely Dubulous [5:23] 5.Absolutely Fabulous (Rollo Remix) 6.Absolutely Fabulous (Rob D. Remix) 7.Absolutely Fabulous (Pet Shop Boys Remix)
Neil et Chris étant de grands fans de la série télévisée anglaise Absolutely Fabulous, ils eurent l’idée de proposer aux deux vedettes du show, Jennifer Saunders et Joanna Lumley, de faire un disque. Ils avouèrent plus tard en riant que ce fut une excuse pour pouvoir les rencontrer et déjeuner avec elles. Pour qu’elles acceptent, ils leur soumirent l’idée d’en faire un single de charité, comme ça se fait très souvent en Angleterre (et notamment pour l’association Comic Relief).
Elles furent emballées, donc les Boys enregistrèrent des samples humoristiques de la série sur une musique high energy de Chris et sur laquelle Neil répète « Absolutely fabulous » du début à la fin. Saunders et Lumley enregistrèrent ensuite quelques commentaires humoristiques additionnels tels que « ce sont les foutus Pet Shop Boys, ma chérie ! ».
Le single ne fut pas réalisé en tant que single des Pet Shop Boys mais uniquement en tant que Absolutely Fabulous (bien que les Boys soient cités en tant que producteurs). Il fut accompagné d’une vidéo amusante où Saunders et Lumley se moquent des Boys, se ridiculisant dans d’amples costumes blancs, croisement entre chefs de cuisine et derviches tourneurs...
Une version remix de Rollo, terriblement efficace, se trouve sur Disco 2.

Paninaro 95 (1995)

PANINARO ‘95 1995 7"/12"/MCD/K7 UK chart #15
1.Paninaro '95 [4:11] 2.Paninaro '95 (Pet Shop Boys Extended Remix) [7:32] 3.Paninaro '95 (Angel Moraes Deep Dance Mix) [10:32] 4.Paninaro '95 (Angel Moraes Girls Boys In Dub) [11:49] 5.Paninaro '95 (Angel Moraes The Hot'n'Spycy Dub) [9:27] 6.Paninaro '95 (Tracy's 12" Mix) [8:28] 7.Paninaro '95 (Sharon's Sexy Boyz Dub) [5:47] 8.Paninaro '95 (Tin Tin Out Mix) [7:47]
1.In the Night (arthur baker remix) [4:23] 2.Girls and Boys (pet shop boys live in rio) [5:04]
« Paninaro » fut d’abord la face B de « Suburbia ». Mais ce titre eut droit aussi à sa propre sortie en single en Italie, où la chanson a les origines de son thème. Effectivement au début des années 80, l’Italie a vu naître un phénomène culturel dans son pays, particulièrement chez les jeunes hommes, soignant leur image, portant les cheveux mi-longs avec serre-tête, jeans baggy et bottes Timberland, roulant en scooter, et gros consommateurs de sandwiches (en italien : panini, de là est venue la déclinaison en paninaro).
Chris eut vent de ce phénomène lors de la promotion de « West End Girls » sur la péninsule italienne et s’en suivirent alors une succession d’événements qui permirent la naissance de ce qui allait devenir un disque culte. Chris et Neil rapportèrent le phénomène à un ami journaliste du Rolling Stone Magazine. Un autre journaliste, ayant mal compris l’article, en écrivit un suivant, rapportant à son tour que les Boys avaient écrit une chanson sur le sujet s’appelant « Paninaro », ce qui n’était pas encore le cas à ce momentlà. Quand les Boys lurent l’article, ils comprirent la méprise mais trouvèrent l’idée terrible ! Ils prirent un morceau sur lequel Chris venait de travailler et ce dernier lista ce qu’il aimait et détestait le plus et décida de l’inclure dans la chanson, en y rajoutant des extraits d’une interview télévisée qu’il venait de donner, Neil se contentant de chanter uniquement « Paninaro ohohoh » sur le refrain. La chanson était née, grâce à l’erreur d’un journaliste !
Un « italian remix » peut se trouver sur le premier « Disco » et une dizaine d’années plus tard, le morceau refit surface dans une nouvelle version, « Paninaro ‘95 ».

Before (1996)

BEFORE 1996 12"/MCD/K7 UK chart #7
1.Before (Single Version) [4:05] 2.Before (Album Version) [4:33] 3.Before (Classic Paradise Mix) [7:56] 4.Before (Classic Paradise Mix - Edit) [4:13] 5.Before (Aphrodisiac Mix) [7:27] 6.Before (Danny Tenaglia's After Mix) [8:46] 7.Before (Danny Tenaglia's Underground Mix) [7:15] 8.Before (Danny Tenaglia's Underground Instrumental) [7:15] 9.Before (Danny Tenaglia's Bonus Beats) [3:59] 10.Before (Danny Tenaglia's Bonus Dub) [3:59] 11.Before (Danny Tenaglia's Twilo Dub) [8:57] 12.Before (Joey Negro Extended Mix - Edit) [3:48] 13.Before (Joey Negro Extended Mix) [8:47] 14.Before (Joey Negro Before Dub) [4:55] 15.Before (Joey Negro Hed Boys Mix) [7:33]
1.The Truck Driver And His Mate [3:33] 2.Hit And Miss [4:05]
Comme d’habitude, le premier single sortit quelques mois plus tôt que l’album sur lequel il apparaissait. « Before » fut un très grand hit dans les dance charts et en clubs et il arborait un style plus latin, mais peut-être pas autant que le reste des morceaux de « Bilingual ». Les paroles notent simplement combien l’amour, comme d’autres événements impromptus au cours d’une vie, peut arriver sans crier gare, sans que l’on s’y attende. C’est en quelque sorte une réaffirmation de « Love comes quiclky ». La chanson contient aussi d’obscures références, parlant d’ « un homme qui aima tellement qu’il finit en prison ». Beaucoup y ont vu une autre référence à Oscar Wilde (que les Boys avaient déjà cité dans « I get excited » et « Dj Culture »). Mais Neil confirma plus tard qu’il s’agissait en fait d’O.J. Simpson, qui comparaissait pour le très médiatique procès pour meurtre au moment où les Boys enregistraient « Bilingual ».
Encore plus controversées furent les pochettes de quelques promos, où l’on pouvait admirer un pénis au repos, de grandeur nature (suggérant avant... ?). Neil et Chris refusèrent de donner l’identité du propriétaire, mais affirmèrent fermement que ce n’était ni l’un ni l’autre.

Se a vida é [that's the way life is] (1996)

SE A VIDA É (That’s the WAY LIFE IS) 1996 12"/MCD/K7 UK chart #8
1.Se A Vida É [4:01] 2.Se A Vida E (Pink Noise Mix) [5:37] 3.Se A Vida E (Mark Picchiotti's Deep And Dark Vocal) [7:58] 4.Se A Vida E (Mark Picchiotti's Deep And Dark Instrumental) [7:58] 5.Se A Vida E (Mark Picchiotti's Shelter Dub) [8:40] 6.Se A Vida E (Deep Dish Liquid Mix) [9:57] 7.Se A Vida E (Deep Dish Dub) [11:45]
1.To Step Aside (Ralphi's Disco Vox) [9:07] 2.To Step Aside (Ralphi's Old School Dub) [7:33] 3.To Step Aside (Ralphi's House Vox II) [7:32] 4.To Step Aside (Ralphi's Old School Dub II) [9:14] 5.To Step Aside (Davidson Ospina Dub) [7:30] 6.To Step Aside (Davidson Ospina Dub II) [7:29] 7.To Step Aside (Brutal Bill Mix) [7:30] 8.To Step Aside (Brutal Bill Mix II) [10:03] 9.To Step Aside (Hasbrouk Heights Radio Edit) [4:15] 10.To Step Aside (Hasbrouk Heights Mix) [8:50] 11.To Step Aside (Hasbrouck Heights Brazilian Anthem Dub) [9:00] 12.To Step Aside (Quiet Mix) [3:42] 13.To Step Aside (Champagne Beats) [3:57]
1.Betrayed 4:40 [5:18] 2.How I Learned To Hate Rock'N'Roll [4:40]
Neil a dit de cette chanson qu’elle avait été écrite pour remonter le moral d’un ami dépressif. La mélodie et la majeure partie des arrangements ont été empruntés à une chanson brésilienne du groupe Olodum « Estrada da paixao » que les Boys avaient découvert durant leur tournée sud-américaine et pour laquelle ils avaient eu un coup de coeur; voilà pourquoi leurs auteurs sont crédités. L’intense rythmique des percussions provient des She-Boom, un groupe de batteurs exclusivement féminin.
Les paroles « se a vida è » sont censées traduire « ainsi va la vie », mais en fait, ce n’est pas du très bon portugais, à la limite du contresens, la traduction correcte étant « si la vie est... ». Ceci dit, Neil n’a jamais dit qu’il parlait parfaitement la langue.

Single-Bilingual (1996)

SINGLE-BILINGUAL 1996 12"/MCD/K7 UK chart #14
1.Single-Bilingual (7") [3:30] 2.Single-Bilingual (Album Version) [3:45] 3.Single-Bilingual (Baby Doc Mix) [5:45] 4.Single-Bilingual (Original Baby Doc Mix) [5:33]
1.Discoteca (Album Version) [4:37] 2.Discoteca (7" Version) [5:13] 3.Discoteca (New Version) [3:48] 4.Discoteca (PSB Extended Mix) [7:02] 5.Discoteca (Baby Doc Mix - Edit) [7:19] 6.Discoteca (Baby Doc Mix) [8:31] 7.Discoteca (Trouser Enthusiasts' Adventures Beyond The Stellar Empire Mix) [9:30]
1.The Calm Before The Storm [2:46] 2.Confidential (1992 demo for tina turner) [4:48]
Par contraste au morceau très sérieux qui le précède, « Single » est supposé être un titre marrant et léger. L’explication de Neil fut très succincte et précise : « Le narrateur est un businessman européen, un eurocrate, beau parleur, qui voyage en business class et profite de tous ses privilèges. Il essaye de « se lever des nanas » lors de meetings. Il prétend être un homme à femmes sophistiquées, célibataire et bilingue, mais il ne communique pas vraiment et il le sait. En fait, c’est un pauvre type pathétique. »
Neil a inclus une référence aux compagnies anglaises PLC (pour « Public Limited Company ») en en citant une, la « UKPLC », mais en fait cette corporation était fictive pour servir la chanson, suggérant que la nation anglaise (UK) n’était devenue plus qu’une grande compagnie économique.
Musicalement, des similitudes rythmiques furent notées avec le morceau « El matador » du groupe argentin Los Fabulosos Cadillacs, véritable tube en Amérique Latine en 1993. Neil a confirmé qu’ils connaissaient ce hit, entendu à de nombreuses reprises lors de leur tournée sud-américaine DiscoVery, mais n’en dit pas plus.
Lors de sa sortie, le titre fut rebaptisé « Single-Bilingual » pour éviter la confusion avec un autre morceau sorti au même moment (‘Single’ des Everything But The Girl). C’est ainsi nommé qu’il refit surface sur la compilation PopArt de 2003.

A red letter day (1997)

A RED LETTER DAY 1997 12"/MCD UK chart #9
1.A Red Letter Day (7" Remix) [4:28] 2.A Red Letter Day (Expanded Single Version) [5:36] 3.A Red Letter Day (PSB Extended Edit) [5:35] 4.A Red Letter Day (Moscow Mix) [5:34] 5.A Red Letter Day (Autoerotic Decapitation Mix) [9:59] 6.A Red Letter Day (Congo Dongo Dubstramental) [8:01] 7.A Red Letter Day (Motiv-8 Twelve Inch Master Mix) [6:54] 8.A Red Letter Day (Motiv 8 Cyber Dub Mix) [7:07] 9.A Red Letter Day (Basement Jaxx Vocal Mix) [6:47] 10.A Red Letter Day (Basement Jaxx Nite Dub) [6:07]
1.The Boy Who Couldn't Keep His Clothes On (Radio Edit) [3:28] 2.The Boy Who Couldn't Keep His Clothes On (Main Vocal) [5:44] 3.The Boy Who Couldn't Keep His Clothes On (International Club Mix) [6:06] 4.The Boy Who Couldn't Keep His Clothes On (Banji Girlfriend Beats) [4:44] 5.The Boy Who Couldn't Keep His Clothes On (On Stage At Twilo) [10:21] 6.The Boy Who Couldn't Keep His Clothes On (The Far Away Dub) [8:56]
1.The Boy Who Couldn't Keep His Clothes On 2.Delusions Of Grandeur [5:00]
« A red letter day » s’apparenterait presque à un hymne gay. Neil rêve d’un jour spécial, une période de fêtes, virtuelle, marquée en rouge dans le calendrier, où « tous ceux qui ne rentrent pas dans le moule» n’auraient plus à se justifier ou à lutter pour vivre une vie normale. « Tout ce que je veux, c’est ce que toi tu veux » chante-t-il, réaffirmant l’égalité fondamentale de tous les hommes, soulignant leurs similarités et non leurs différences. Neil a aussi fait remarquer que cette chanson s’adressait à une personne particulière dont il attendait qu’elle lui dise « Je t’aime ».
Jouant sur le mot « rouge » du titre, les Boys firent appel à une chorale russe exclusivement masculine. Il fut remarqué également que les accords de la chanson se rapprochaient de la neuvième symphonie de Beethoven, « L’ode à la joie ».
     
 
 
 
 
 
 
   
   
   
   
   
Twenty Something (2016)
   
   
   
Auteur des analyses des chansons: Giacomo Chighine basé sur des commentaires écrits par Wayne Studer. voir Traductions