PET SHOP BOYS IN PARIS
 
SINGLES

Somewhere (1997)

SOMEWHERE 1997 12"/MCD UK chart #9
1.Somewhere (7" Version) [4:44] 2.Somewhere (Orchestral Version) [4:44] 3.Somewhere (Orchestra-Free Edit) [4:05] 4.Somewhere (Forthright Vocal Club Mix) [9:24] 5.Somewhere (Trouser Enthuisiasts Mix) [10:37] 6.Somewhere (Forthright Dub) [5:34] 7.Somewhere (Full Length Forthright Dub) [7:34] 8.Somewhere (Extended Mix) [10:53]
1.The View From Your Balcony [3:45]
Ce classique, tiré de la comédie musicale « West Side Story » de Sondheim et Bernstein, a été adopté par différents mouvements américains des droits homos (et fait partie du répértoire de nombreuses chorales gays) bien avant que les Pet Shop Boys ne mettent leur main dessus. L’origine provient sans doute des paroles, qui reflètent une autre comédie musicale, « Roméo et Juliette », dont le scénario parle également d’amour interdit : « Il y a un endroit pour nous, quelque part un endroit pour nous ».
Dans leur version de 1997, Neil et Chris osèrent mélanger cordes (dirigées par le fidèle Richard Niles) et synthés, bourrés de samples, ce qui donna un côté assez grandiloquent à la chanson.
Deux autres chansons de la même comédie musicale y font leur apparence : vers la toute fin du morceau, Neil chante un bout de « I feel pretty » et sur leur extended mix, on peut entendre Chris réciter les paroles de «One hand, one heart ».

I don't know what you want but I can't give it any more (1999)

I DON’T KNOW WHAT YOU WANT BUT I CAN’T GIVE IT ANY MORE 1999 12"/MCD UK chart #15
1.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Radio Edit) [4:28] 2.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The Morales Club Mix) [11:25] 3.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The Morales Remix) [7:48] 4.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The Morales Dub Mix) [7:36] 5.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The Morales Reprise) [6:21] 6.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The Morales Radio Fade) [4:07] 7.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Thee Maddkatt Courtship 80 Witness Mix) [7:37] 8.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Thee 2 Blak Ninja Mix) [5:33] 9.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Thee Drum Drum Mix) [7:38] 10.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Thee Drum Drum Mix Re-Edit) [7:12] 11.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The PSB Extension) [8:39] 12.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Peter Rauhofer Radio Edit) [3:10] 13.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Peter Rauhofer Roxy Mixshow Anthem) [6:13] 14.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Peter Rauhofer Roxy Anthem) [10:30] 15.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (Peter Rauhofer Roxy Dub) [7:31] 16.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The Young Collective Radio Edit) [3:47] 17.I Don't Know What You Want But I Can't Give It Any More (The Young Collective Remix) [10:40]
1.Silver Age [3:35] 2.Screaming [4:58]
Le premier single de « Nightlife » reprit la tradition des Boys de donner les titres les plus longs à leurs chansons, ainsi que celle de faire un morceau dansant, avec une grande production et des paroles néanmoins déprimantes (la mort d’un amour). Le refrain surprit les premiers auditeurs par sa banale simplicité, répétant la même phrase sur les mêmes accords, ceci certainement pour accentuer le désarroi du narrateur, lassé par sa relation amoureuse actuelle.
Certaines versions non officielles remixées par David Morales contiennent les paroles « If anyone can, the action man can », une référence au personnage de bande dessinée et jouet des années 60-70 (Neil ayant dans un premier temps travaillé pour Marvel Comics, en possèderait une figurine). Ces paroles appartenaient à une première version de la chanson qui était une réponse au fameux tube « Barbie girl » des Aqua en 1997. Mais alors que ce fut l’idée de départ, Chris n’en apprécia pas le résultat, si bien que lorsque Neil proposa les paroles « I dont know what you want... » que l’on connaît aujourd’hui, ils abandonnèrent le concept du Big Jim.

New York city boy (1999)

NEW YORK CITY BOY 1999 12"/MCD UK chart #14
1.New York City Boy (Radio Edit) [4:21] 2.New York City Boy (Album Version) [5:13] 3.New York City Boy (Morales US Radio Edit) [3:31] 4.New York City Boy (2nd 'unreleased' Morales US Radio Edit) [3:19] 5.New York City Boy (Morales Radio Edit #2) [3:47] 6.New York City Boy (The Morales Club Mix) [10:54] 7.New York City Boy (The Morales Dub Mix) [7:10] 8.New York City Boy (The Almighty Definitive Radio Edit) [4:08] 9.New York City Boy (The Almighty Definitive Mix - Edit) [6:29] 10.New York City Boy (The Almighty Definitive Mix) [8:51] 11.New York City Boy (The Almighty Man On A Mission Mix) [6:47] 12.New York City Boy (The Thunderpuss 2000 Radio Edit) [4:18] 13.New York City Boy (Thunderpuss 2000 Club Mix) [10:52] 14.New York City Boy (Thunderpuss 2000 Dub Mix) [8:18] 15.New York City Boy (The Thunderpuss 2000 Tribe-A-Pella) [8:11] 16.New York City Boy (Superchumbo's Uptown Mix) [9:42] 17.New York City Boy (Superchumbo's Downtown Dub) [7:40] 18.New York City Boy (The Lange Mix) [7:06]
1.The Ghost Of Myself [4:04] 2.Casting A Shadow [4:38]
Le deuxième single de « Nightlife » fut leur septième n°1 dans les dance-charts américains. Ce fut d’abord ouvertement un hommage aux Village People, des choeurs masculins similaires, à la production disco du morceau (on peut même entendre pendant le pont musical, ce qui ressemble à un sample de « Macarthur Park » de Donna Summer). Bien avant sa sortie, des rumeurs prétendaient même que les Boys avaient engagé les Village People en guests pour les choeurs, qui se sont avérés être en fait de simples choristes. Mais Neil affirma par la suite que l’idée avait été envisagée.
Cette chanson, écrite en collaboration avec le dj remixer David Morales, fait partie de celles qu’on aime ou qu’on déteste : certains trouvent qu’elle est une faute de goût dans la discographie des Boys, d’autres louent l’hommage qui avait voulu être rendu. Concernant la phrase « Si tu n’as pas ce remix, c’est qu’il est reparti en 86 », qui laissa perplexes même les anglophones, Neil dit que ça venait de l’argot américain pour qualifier quelque chose qui n’était plus disponible en magasin.
NB : l’endroit indiqué par la phrase « Là où la 7ème Avenue et Broadway se rejoignent », c’est bien sûr Times Square, à New York.

You only tell me you love me when you're drunk (2000)

YOU ONLY TELL ME YOU LOVE ME WHEN YOU’RE DRUNK 2000 12"/MCD UK chart #8
1.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Album & Single Version) [3:16] 2.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Live) [2:34] 3.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Brother Brown's Newt Edit) [4:04] 4.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Brother Brown's Newt Mix) [9:52] 5.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Brother Brown's Newt Dub) [7:33] 6.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Attaboy still love you when we're sober Mix) [7:52] 7.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (The T-Total Mix) [8:05] 8.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Hitmakers Brasil Radio Edit) [3:01] 9.You Only Tell Me You Love Me When You're Drunk (Hitmakers Brasil Extended Mix) [5:08]
1.Lies [4:42] 2. Sail Away [4:37]
Le troisième et dernier single de l’album perpétue la tradition des titres exceptionnellement longs dans la discographie des Boys. On peut dire aussi que ce fut leur tentative la plus proche dans l’écriture d’une chanson country. Malgré le titre qui peut prêter à sourire et paraître ironique, c’est une des chansons les plus profondes de l’album, avec des paroles très ingénieuses. La chanson devait d’abord faire partie de leur comédie musicale « Closer To Heaven », mais le personnage à qui on avait attribué la chanson fut écarté du scénario, et par conséquent la chanson également.

Mini (2000)

MINI PSB 2000 CD EP Japon
1. Closer to heaven 2. Screaming 3. Lies 4. Sail away 5. You only tell me you love me when you´re drunk (Live) 6. Always on my mind (Live) 7. Being boring (Live) 8. New York City boy (The Morales Club Mix)

Lively tracks (2001)

LIVELY TRACKS 2001 2X12" France
12" A: Go west (1992 12"mix) - B: West end Girls (dance mix) et Always on my mind (extended dance mix)
12" B: Where the streets have no name : I can't take my eyes off you (extended mix) - D: It's alright (original 7"version) et Paninaro 95.
     
 
 
 
 
 
 
   
   
   
   
   
Twenty Something (2016)
   
   
   
Auteur des analyses des chansons: Giacomo Chighine basé sur des commentaires écrits par Wayne Studer. voir Traductions